Archive | Marsha Ambrosious RSS feed for this section

Marsha Ambrosious – Late Nights,Early Mornings.

20 Mar

1. “Anticipation” (Intro)
2. “With You”
3. “Late Nights & Early Mornings”
4. “Hope She Cheats on You (With a Basketball Player)”
5. “Far Away”
6. “Lose Myself”
7. “Your Hands”
8. “I Want You to Stay”
9. “Sour Times”
10. “Tears”
11. “Chasing Clouds”
12. “The Break Up Song”

4ans après la séparation officielle de son groupe  » Floetry ». Marsha Ambrosious a réussi  un retour gagnant dans les charts avec «  Late Nights, Early Mornings« . Un opus que la chanteuse a  principalement composé et rédigé toute seule.En effet hormis Rich Harrison, Just Blaze, Dre & vidal (qui ont chacun un titre )et une reprise de Lauryn Hill. C’est un album extrêmement personnel que l’auteur-compositeur du Butterflies de Michael Jackson a choisi de livrer.

Un choix audacieux qui se relève finalement  payant vu que ce premier solo s’inscrit clairement parmi les meilleurs opus de l’année. Partagé entre soul urbaine, r&b et zeste de jazz. C’est l’histoire d’une femme mature qui s’assume autant dans sa sexualité, ses déceptions sentimentales, que dans ses envies d’amour un poil plus durables.

Le premier single  » Hope She Cheats On You » ( With a Basketball player) » donne le ton décrivant cette rupture sentimentale maladroitement digérée où la chanteuse partagée entre  amour et désir de vengeance se console sur une beat  hip hop sabrée de soul et diablement efficace. Far Away, son successeur emprunte lui le chemin du manque que suscite  la perte d’un être cher. Un titre à la fois simple, fort et émouvant, l’interprétation sans pathos  mais véritable de l’ex-floetry étant pour beaucoup.

Tears et son ambiance typiquement 70’s s’illustre aussi  parmi ses moments où la chanteuse fait preuve d’une classe exceptionnelle au moment d’aborder ou de gérer ses peines. Lose myself quand à lui a pour principal argument : son texte fortement évocateur. Cette déclaration d’amour qui vire au parfait abandon de soi soutenue par une production parfaitement léchée au crescendo tout bonnement orgasmique est un must. Il serait criminel de pas l’exploiter car c’est certainement l’un des meilleurs titres de l’album avec le majestueux et très sexy éponyme : Late Nights, Early Mornings. Ballade soul  à l’ambiance subtilement feutrée (qui n’est pas sans nous rappeler une Erykah Badu ) nous montrant une Marsha sous un jour un poil plus coquin certes mais toujours  extrêmement convaincante.

C’est Butterflies qui clôt l’opus, après un «  The Break Up song » fort en émotion et en auto prise de conscience. Marsha fait un clin d’œil à sa première production grand public, à son passé légèrement dépassé , comme pour dire qu’elle n’oubliait rien et était plus que jamais prête à affronter le nouvel avenir que ce très bon premier opus lui offrait.

15.5/20 .

cadeau!

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :